Avant la réception du GFC Ajaccio, lors de l’ultime journée du championnat de Domino’s Ligue 2, le Président Pierre Ferracci s’est exprimé.

Président, la semaine écoulée a été très importante pour le Club.

Oui. L’inauguration du Centre d’Entraînement et de formation d’Orly est une date importante pour le Paris FC. Les très belles installations dont nous disposons dorénavant pour les équipes Première, féminine et masculine, et pour la formation de nos jeunes talents vont transformer nos perspectives, tant sur le plan sportif que sur le plan économique. Ce fut une belle fête, avec nos éducateurs, les salariés du Club, nos partenaires, publics et privés, et l’équipe dirigeante, en présence de Mamadou SAKHO qui a ému tout le monde.

C’est prometteur pour l’avenir du Club. Juste après la victoire en L2 contre Grenoble et juste avant le succès contre le Red Star qui nous permet de conserver la 4ème place, synonyme de barrages, avant la dernière journée.

La victoire contre le Red Star a été particulièrement difficile.

On s’attendait à un match compliqué, à un duel âpre. On a été servi. Dans un derby, le classement importe peu et le Red Star ne nous a fait aucun cadeau, pas plus que nous n’en avions fait il y a trois ans, dans une situation inversée. Vincent DEMARCONNAY a été éblouissant, mais toute l’équipe a été exemplaire. Elle a fait preuve, comme toujours depuis le début du Championnat, d’une solidarité et d’un état d’esprit sans faille, au service d’une organisation rigoureuse.

Elle mérite sa 4ème place et je suis intimement persuadé qu’elle la conservera Vendredi au soir de la dernière journée de Championnat pour offrir un premier match de barrage à Charlety contre Lens ou Lorient.

La rencontre contre le Gazelec ne sera pas plus simple ?

Et oui, le Gazelec cherchera à éviter la 18ème place, compte tenu de sa défaite à domicile qui le met dans une position très délicate. Si nous pensions tomber sur une équipe en roue libre, ça ne sera pas le cas. Mais, l’équipe ne va pas laisser échapper ce qui lui tend les bras, j’en suis sûr. Elle s’attend à un match rude mais le public qu’on espère nombreux va la porter, comme il le fait depuis un bon moment. J’en profite pour saluer les très nombreux supporters qui nous ont accompagnés à Beauvais et qui ont soutenu notre équipe du début à la fin, et notamment dans les moments difficiles.

 Vendredi, à Charlety, il faudra une osmose totale entre l’équipe et le public pour conserver cette 4ème place qui devrait déjà être acquise, si la logique et la justice avaient été respectées par la Ligue de Football Professionnel.

 Vous n’avez toujours pas encaissé la décision de l’automne dernier ?

Bien sûr que non. Notre position a toujours été claire. Puisque la LFP a reconnu sa défaillance dans l’information qu’elle devait  au Gazelec, libre à elle de compenser ses insuffisances en reconnaissant la bonne foi du Gazelec. Le point accordé au Gazelec n’a jamais été un problème pour nous ; il n’y a aucune ambiguïté sur ce plan. Mais, pas en nous sanctionnant, nous qui avons joué contre un joueur suspendu, alors que trois des nôtres dans la même situation n’étaient pas sur la feuille de match.

Notre proposition a été balayée par la LFP parce qu’elle dérogeait aux règlements, mais elle était équilibrée et respectait les droits des deux clubs. Celle qu’elle a retenue est tout aussi contraire aux règlements, mais elle piétine les droits du Paris FC.

Pourquoi avoir refusé la médiation du Comité Olympique ?

Parce que nous nous étions mis d’accord entre les deux clubs pour laisser la LFP examiner les deux propositions. La LFP nous avait indiqué que la saisine du Comité Olympique était formelle, qu’il ne délibèrerait pas et qu’elle reprendrait la main. Le Paris FC avait pris des engagements vis-à-vis de la LFP et du Gazelec. Il les a respectés. La LFP n’a pas respecté les siens. Elle porte l’entière responsabilité de cette situation qu’elle aurait dû gérer en concertation avec la FFF. Je pense même que la Haute Autorité, garante de l’intérêt général et du dialogue entre les acteurs du football, aurait dû être consultée.

Son attitude fausse aujourd’hui le déroulement du Championnat et des barrages.

En quoi le déroulement du Championnat est-il entravé ?

Avec une application stricte du règlement ou une dérogation à ces mêmes règlements plus respectueuse des droits de chacun, nous serions assurés de la 4ème place avant la dernière journée de Championnat et, donc, de jouer le premier barrage à domicile. Mécha BAZDAREVIC pourrait faire tourner son effectif, en prévision des affrontements suivants, comme peut le faire, par exemple, Troyes, assuré de la 3ème place.

Sachant que, pour rencontrer le 3ème, il faut gagner un match de plus et que pour rencontrer le 18ème de L1, il faut en jouer deux de plus, on mesure, à cette époque de la saison, l’intérêt de pouvoir faire se reposer les joueurs de notre effectif. Surtout lorsqu’on dispose du plus petit budget parmi les 6 premières équipes du Championnat et de l’effectif le moins étoffé, malgré sa valeur.

Si nous terminions 5ème, le dommage, avec un déplacement, serait plus conséquent. Et je n’évoque pas même une 6ème place.

A l’issue de la 38ème journée, le Paris FC pourra mesurer l’importance du préjudice qui lui est causé.

Le Conseil d’Administration de la LFP, nous l’avons dit en son temps, n’avait pas le droit de prendre cette position et de faire pression sur la Commission d’Appel. Il n’en avait ni l’autorité, ni la compétence. Et il suffit d’examiner de près sa composition pour prendre conscience que la morale et l’éthique ne s’y retrouvent pas.

J’espère que la LFP a conscience de cette situation et qu’elle envisage, si besoin, les moyens de la corriger.

Le Club reste néanmoins confiant pour la suite des événements ?

Bien sûr, je suis persuadé que, malgré cette injustice flagrante, il se qualifiera Vendredi en position de 4ème et fera fi de la fatigue supplémentaire accumulée par ce nouveau et difficile match.

Je suis sûr que le staff et les joueurs vont tout faire pour que nos supporters puissent se donner rendez-vous à Charlety Mardi prochain contre Lens ou Lorient.

Mais, je suis également convaincu que, face à ces obstacles supplémentaires, le public apportera un soutien total à notre équipe qui nous apporte tant de satisfaction depuis le mois d’août.

Tous à Charlety Vendredi pour porter notre équipe vers la victoire !

Sponsors