loader image

Lalaina Nomenjanahary : « Je l’ai fait pour le peuple malgache »

Cadre de la sélection de Madagascar, Lalaina Nomenjanahary a vécu un véritable conte de fées. Le milieu parisisien s’est qualifié avec son pays pour la prochaine Coupe d’Afrique des Nations qui se tiendra au mois de juin prochain. Un exploit pour ce pays qui n’a jamais disputé cette compétition.

Après deux années d’absence, tu as décidé au mois de septembre 2017 de revenir en sélection. Peux-tu nous expliquer ton choix ?

J’avais échangé avec le nouveau sélectionneur, Nicolas Dupuis, un français, qui a été honnête, pas comme ses prédécesseurs, et aussi le capitaine Faneva Andriatsima. L’objectif était de tout faire pour se qualifier pour la CAN. Il y avait aussi mes proches qui me disaient « Fais le pour le pays ! Ne t’occupe pas des dirigeants ». Donc j’ai fait ça pour eux, pour le peuple malgache.

Cela a dû être un moment fort lorsque vous vous êtes qualifiés pour la CAN.

Cela m’a fait énormément plaisir de voir le peuple malgache heureux ! La vie à Madagascar est très très compliquée et c’est en leur offrant des moments comme cela qu’ils sont contents. Ils souffrent dans la vie de tous les jours, que ce soit dans le travail ou la vie quotidienne, et c’est important de leur offrir de la joie. Cela m’a vraiment touché de les voir comme ça !

As-tu pensé à tous les moments difficiles que tu as pu vivre ?

J’ai surtout pensé à toutes les galères que l’on a pu avoir avec la sélection. Toutes les fois où l’on a dormi par terre à l’aéroport, aux dirigeants qui s’en mettaient plein les poches alors que l’on galérait… Dans ma tête je me suis dit « on a réussi », et cela m’a beaucoup ému.

Ce fut aussi beaucoup de sacrifice.

Oui, on a sacrifié plein de choses pendant cette qualification et je remercie particulièrement Faneva Andriatsima qui a énormément œuvré pour la sélection. Il a convaincu des joueurs de venir avec nous et cela n’était pas facile. Je remercie tous les joueurs parce qu’ils l’ont fait par amour, et ils nous ont fait confiance.

Avais-tu imaginé un jour pouvoir disputer la CAN ?

Avec les anciens dirigeants, jamais ! C’était du n’importe quoi… Ils pensaient qu’à leur gueule (sic) et ils nous envoyaient au casse-pipe. Mais cette année j’étais vraiment convaincu ! Je peux même t’avouer aujourd’hui que j’ai eu un rêve prémonitoire comme quoi j’amenais l’équipe nationale à la CAN. J’avais raconté cela uniquement à ma femme, et je remercie Dieu pour cela.

Vous pouvez être très fiers d’avoir réussi cet exploit.

La qualification pour la CAN est vraiment une chose énorme pour Madagascar où le football est le sport le plus populaire. Je reçois même des messages en ce moment de gens qui me remercient, qui sont contents d’aller au travail même si c’est dur. C’est une fierté de donner ce sourire à ces gens-là.

Est-ce que cela peut améliorer certaines choses à Madagascar ?

On a déjà réussi à améliorer certaines choses, mais pas grâce à la Fédération, mais plutôt grâce à certaines personnes comme Faneva Andriatsima. Il a réussi à trouver des sponsors pour nous aider, comme des équipements Adidas, et j’espère que cela ne s’arrêtera pas là.

Faneva a aussi lancé une cagnotte pour aider l’univesité Polythechnique de d’Antananarivo.

Oui, avant d’arriver au stade, les élèves de l’école polytechnique nous ont arrêtés afin de nous expliquer leurs problèmes, notamment d’électricité, et leurs conditions. Après avoir discuté entre joueurs, on a décidé de les aider en reversant notre prime.

©2021 Paris FC - Tous droits réservés - Mentions légales - Données personnelles - Contact - Presse

Paris FC - Une ambition Capitale

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?