Théa Greboval : « Aujourd’hui, le groupe est construit »

À la veille d’affronter le GPSO Issy 92 pour le compte de la 12ème journée de D1 Arkema, Théa Greboval s’est exprimée pour parisfc.fr. La défenseure de 24 ans revient sur la qualification pour les 8èmes de finale de Coupe de France, la suite de la saison et son nouveau rôle sur le terrain. 

Théa, le Paris FC a débuté l’année 2022 par une qualification pour les 8èmes de finale de la Coupe de France. C’était important d’être sérieuses sur cette rencontre.

On joue tous les matchs pour les gagner. On sait que ça peut être des matchs pièges ces tours de Coupe de France. L’adversaire joue en sachant qu’il n’a rien à perdre donc une victoire et une qualification, c’est toujours bien pour débuter cette nouvelle année. On a été très sérieuses et notre match était abouti. On a fait respecter la hiérarchie.

Le Paris FC retrouve la D1 Arkema ce week-end. Comment l’équipe va aborder son match face à Issy en D1 ce samedi (14h30) ?

On doit tout d’abord se concentrer sur nous, sur notre jeu. On se doit d’aborder ces prochains mois comme si une nouvelle saison débutait. Notre première partie de saison a été réussie avec cette troisième place. Le premier objectif va être de prendre les trois points contre Issy pour ne pas perdre la confiance engendrée sur ces premiers mois de compétition.

Vous reprenez par des matchs contre des adversaires à votre portée avant de terminer par un gros sprint final. Quelles vont être les ambitions pour cette seconde partie de saison ?

Je pense que notre force cette saison, c’est notre groupe. Nous étions en construction et aujourd’hui le groupe est solide. Nous avons pris en expérience. On sait qu’en D1, il n’y a pas d’adversaires directs. Tous les matchs comptent et ont tous la même valeur. Le but, ce sont les trois points quel que soit l’adversaire. Avant de se concentrer sur le « sprint final », on se doit d’être sérieuses et de prendre le maximum de points contre des équipes prétendues à notre portée. On l’a vu sur les saisons précédentes, on pouvait faire de très grands matchs contre les grosses écuries de D1 et perdre des points contre des adversaires contre lesquels nous étions « favorites ».

« Si on m’avait dit que je finirai dans l’axe il y a quelques années »

Tu as dépassé les 100 matchs en D1 avec le Paris FC. On suppose que c’est une fierté.

Bien sûr que c’est une fierté. Je suis au club depuis maintenant 8 saisons. Je suis bien ici et le Paris FC me fait confiance. J’ai évolué dans le bon sens et le fait d’être ici depuis si longtemps ça prouve que je me sens bien.

Ton poste a évolué sur le terrain puisque depuis plusieurs mois la coach t’utilise dans l’axe de la défense alors que tu étais plutôt une latérale depuis le début de ta carrière. Comment te sens-tu dans ce nouveau rôle ?

Je me sens très bien. Dans ma tête, dans tous les cas, c’est tant que je suis sur le terrain, je suis bien. Si on m’avait dit, il y a quelques années, que je finirai dans l’axe, j’aurais sûrement grincé des dents (rires). Aujourd’hui, ce n’est pas le cas. Des fois, on peut le voir pendant les matchs, ça me démange de me projeter vers l’avant, comme j’en avais l’habitude. Mais je prends du plaisir à ce poste. Je découvre et j’apprends encore beaucoup.

C’est une façon différente d’aborder le match finalement pour toi…

J’ai beaucoup plus d’influence dans le jeu direct puisqu’on débute souvent nos actions à partir de l’axe de la défense donc c’est une vision différente. Dans tous les cas, quelque soit le poste où l’on m’utilise, je suis épanouie sur le terrain.

Partenaire Principal
Partenaires majeurs
Partenaires officiels
Partenaires institutionnels

©2022 Paris FC - Tous droits réservés - Mentions légales - Données personnelles - Contacts - Presse