Mathilde Bourdieu : « On ne peut que se sentir bien »

De retour depuis plusieurs semaines et auteure de son premier but à Issy il y a deux semaines, Mathilde Bourdieu s’est exprimée pour la première fois de la saison pour parisfc.fr. Interview.

Mathilde, comment te sens-tu physiquement ?

Je me sens bien. Je recommence à retrouver une place dans le groupe et sur le terrain. Pour l’instant, je touche du bois, mes douleurs au genou m’épargnent. Vu le début de saison du Paris FC, on ne peut que se sentir bien.

Tu as retrouvé les terrains depuis quelques semaines donc, et face à Issy, tu as inscrit ton premier but en D1 Arkema cette saison. Le premier depuis de nombreux mois. Quel sentiment prédominais à ce moment-là ?

Il y a beaucoup de choses qui se sont passées dans ma tête à cet instant précis. J’ai mis toute ma hargne et toute ma rage dans cette frappe. Il y avait beaucoup d’émotions positives. J’avais envie de partager ce but avec tout le monde. Je suis très contente.

C’est vrai que l’on t’a vu fêter ce but avec tout le banc, tout le staff…

Oui, c’était important. Je l’ai fait instinctivement. C’était comme un symbole. Comme si toute cette parenthèse négative se refermait. Ils m’ont tous été, comme d’autres personnes, d’une très grande aide, d’un très grand soutien pendant cette période compliquée. Le staff m’a toujours fait confiance malgré mes graves blessures. C’était un peu ma façon de les remercier et de leur rendre hommage.

 

Le Paris FC, aujourd’hui, se classe troisième de D1 Arkema. Comment juges-tu le début de saison de l’équipe ?

C’est un super groupe. Après, nous sommes sur la continuité de ce que nous avons proposé en deuxième partie de saison dernière. J’ai l’impression que nous sommes plus sereines et plus efficaces sur le terrain. Nous faisons notre petit bonhomme de chemin. Ce que nous proposons sur le terrain, c’est aussi tout le travail fourni au quotidien.

Et l’équipe ne laisse plus filer de points bêtement…

Exactement ! C’est vrai que nous avions une fâcheuse tendance à laisser des points contre des équipes prétendues à notre portée. En tant qu’équipe, nous avons grandi. Nous ne reproduisons pas les mêmes erreurs.

Offensivement parlant, le Paris FC est plutôt bien garni. Clara, Ouleymata, Louna, Coumba, toi… Comment se passe la concurrence au quotidien ?

Je ne pense même pas que nous puissions parler de concurrence. Dans le cas contraire, on peut parler d’une concurrence très saine. On travaille ensemble, pour l’équipe. Chaque fille du groupe tire l’autre vers le haut. En plus, chacune a son moment. Chaque joueuse va donner ce qu’elle doit donner au moment venu.

Ce vendredi à 20h45 au Stade Charléty, le Paris FC reçoit les Girondins de Bordeaux. Comment abordes-tu cette rencontre ?

C’est un match important comme le match contre Issy, j’ai envie de dire. Dans un championnat à 22 journées, tous les matchs, tous les points comptent. Après, ce match aura bien évidemment une saveur particulière car nos deux équipes sont souvent proches au classement ces dernières années. Si on peut creuser l’écart au classement, bien évidemment que l’on ne s’en privera pas.

Vous en parlez dans le vestiaire de la troisième place et la qualification pour les tours préliminaires de la Ligue des Champions ?

En début de saison nous avons parlé et nous nous sommes fixées des objectifs. On espère pouvoir les atteindre en fin de saison. Maintenant, au quotidien, nous ne sommes pas obnubilées par cette troisième place. De toutes les manières le podium passe par des grosses prestations les week-ends. On sait ce que l’on doit faire.

©2021 Paris FC - Tous droits réservés - Mentions légales - Données personnelles - Contacts - Presse

   

Paris FC - Une ambition Capitale